Nouvelle expérience satisfaisante à Versailles des Cours Criminelles : j'ai assisté l'une des familles des victimes. Un ancien aide-soignant a été condamné à 12 ans de prison ferme pour des viols de 3 patientes atteintes d'Alzheimer dans une maison de retraite

November 1, 2019

Au terme de 2 jours de procès à Versailles, et des débats approfondis, la nouvelle Cour Criminelle a condamné un aide soignant qui avait reconnu 3 viols sur des pensionnaires atteintes de la maladie d'Alzheimer et qui n'ont pu parler. Si ces Cours criminelles aboutissent à la fin des correctionnalisations comme c'était avancé, et si l'on continue à consacrer suffisamment de temps à ces procès comme j'ai pu l'expérimenter, je n'y vois que des avantages.

 

France Info : "Un ancien aide-soignant de 58 ans a été condamné, jeudi 31 octobre, à 12 ans de prison ferme par la cour criminelle des Yvelines, pour des viol s et agressions sexuelles de trois patientes atteintes d'Alzheimer dans une maison de retraite de Saint-Rémy-lès-Chevreuse (Yvelines).L'homme avait été surpris par une de ses collègues, pantalon baissé, près du lit d'une résidente octogénaire, en avril 2018, entraînant une plainte de la directrice de l'établissement."On ne sait que ce que l'accusé a bien voulu nous dire"L'accusé a reconnu avoir imposé des caresses à trois patientes et des pénétrations digitales à deux d'entre elles. "Ce que j'ai fait est vraiment regrettable, je n'aurais jamais dû le faire", s'est excusé l'aide-soignant, parlant de "grosse bêtise" et évoquant des "pulsions" pour expliquer son geste.En raison de la maladie d'Alzheimer dont elles sont atteintes, les trois femmes ont été incapables de s'exprimer ou de décrire les faits dont elles ont été victimes et n'étaient pas présentes à l'audience. "On ne sait que ce que l'accusé a bien voulu nous dire", a regretté l'avocate de la famille d'une des victimes, Me Carine Durrieu-Debolt. Dans son réquisitoire, l'avocat général a estimé que le nombre d'agressions commises par l'accusé, en poste dans l'établissement depuis 2007, pourrait être bien plus élevé."  A lire

Aussi France 3 Paris Ile de France et Libération : "« On ne sait que ce que l'accusé a bien voulu nous dire »« Ces trois femmes faisaient partie des plus vulnérables de l'établissement, a souligné l'avocate de la famille d'une des victimes, Me Carine Durrieu-Debolt. Elles étaient des proies faciles ». L'avocate a aussi pointé « l'absence criante des victimes » à l'audience, incapables de s'exprimer ou de décrire les faits dont elles ont été victimes en raison de leur maladie. « On ne sait que ce que l'accusé a bien voulu nous dire », a-t-elle regretté. " Lire plus

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Comment expliquer la division et l'émoi créés dans l'opinion publique ? "Il y a deux principes qui se confrontent : la présomption d'innocence, qui es...

"Présomption d'innocence" contre "principe de précaution" : pourquoi la nomination de Gérald Darmanin au ministère de l'In...

July 17, 2020

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
MENTIONS LEGALES
Nom du site : https://www.diebolt-avocats.com/

Directeur de la publication : Mme Carine DURRIEU DIEBOLT

Email : cabinet.durrieu@free.fr

Adresse : 64 rue des Mathurins 75008 PARIS

Tél : 01 42 71 56 10

SIRET : 40145836900048

 

Hébergement : WIX COM, Société anonyme, dont le siège social est situé : Wix.com Inc. PO Boite Postale N° 40190 San Francisco, CA 94140, ETATS UNIS..

L'utilisateur du site Internet reconnaît disposer de la compétence et des moyens nécessaires pour accéder et utiliser ce site. Il reconnaît également avoir pris connaissance de la présente notice légale et s'engage à la respecter.

 

Toute représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans l'autorisation expresse de l'exploitant du site Internet est interdite et constituerait une contrefaçon sanctionnée par les article L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle

 

En application des articles 13 et 14 du règlement européen général sur la protection des données (2016/679) et de l'article 32 de la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 modifiée, le directeur de publication du site vous informe que :

Le responsable du fichier est Me Carine DURRIEU DIEBOLT pour l'ensemble des données personnelles, en vue de la protection de votre vie privée dans le cadre du traitement de votre dossier, qu'il s’agisse d'un dossier juridique, judiciaire ou d'arbitrage, dans un registre tenu par Me Carine DURRIEU DIEBOLT. Vos données sont traitées et conservées par Me Carine DURRIEU DIEBOLT dès votre prise d'attache, y compris pour le simple établissement d'un devis ou lors d'une prise de rendez-vous. Elles ne seront conservées qu'un mois, dans l'hypothèse où le rendez-vous ne serait pas honoré.

Dans tous les autres cas, elles seront conservées pendant un délai de 5 années à compter du dernier acte juridique ou judiciaire réalisé par Me Carine DURRIEU DIEBOLT par des locaux et un système informatique protégés et sécurisés.

L’intéressé dispose d'un droit d'accès, de limitation, de rectification ou d'effacement de ses données personnelles, en s'adressant au responsable dudit traitement (Me Carine DURRIEU DIEBOLT).

Il a la possibilité  de former une réclamation auprès de la CNIL, dans l'hypothèse où il considère que ses données n'ont pas été protégées.

Conformément aux dispositions des articles L612-1 et suivants du code de la consommation, vous avez la possibilité, en cas de litige, de recourir gratuitement au médiateur de la consommation auprès du Conseil national des barreaux (CNB) dont les coordonnées sont les suivantes : CNB Médiateur à la consommation : 180, Boulevard Hausmann 75008 PARIS