La Croix. Avec ma participation : Les cours d’assises, symbole des lenteurs de la justice

February 7, 2020

« Certaines victimes de viol acceptent la correctionnalisation pour que l’affaire soit jugée rapidement. Mais elles le vivent, au fond, très mal. Parler d’agression sexuelle plutôt que de viol revient à banaliser ce qu’elles ont subi. Et elles ont le sentiment d’une sous-justice », indique Me Carine Durrieu-Diiebolt, avocate à Paris". Lire plus

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

«Bien souvent les victimes pensent que personne ne va les croire, faute de preuves», explique Carine Durrieu-Diebolt, avocate spécialisée dans la défe...

Le Figaro. L’appel à témoins, un outil pour renforcer la parole des victimes de violences sexuelles : le cabinet DIEBOLT a répondu aux questions du &q...

February 13, 2020

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives