Victime de harcèlement sexuel au travail : mode d’emploi pour faire valoir ses droits.

​​

Le harcèlement sexuel au travail peut émaner d’un salarié à l’encontre d’un autre salarié, d’un employeur à l’encontre d’un salarié ou l’inverse.
A titre d’exemple, citons le fait d’adresser des messages électroniques, de tenir des propos à caractère sexuel, avoir un comportement injurieux, consistant en des insultes et remarques essentiellement à caractère sexuel, des gestes déplacés, de porter des appréciations axées sur l’anatomie, de tenter d’obtenir des faveurs sexuelles, d’envoyer des SMS à caractère sexuel, …
Que peut faire la victime de harcèlement sexuel ?

1) Conserver toutes preuves laissant présumer le harcèlement (échanges de mails, SMS, lettres, certificats médicaux, arrêts de travail, témoignages…).

2) Alerter l’employeur, par écrit de préférence.

Soulignons que le salarié est protégé contre un licenciement en cas de dénonciation de faits de harcèlement sexuel.
Il a ainsi été jugé qu’un licenciement motivé par le fait d’avoir accusé son employeur de harcèlement est nul (Cass soc 10 juin 2015).

3) L’obligation de sécurité résultat de l’employeur (C. trav., art. L. 4121-1 ; C. trav., art. L. 1153-5)
L’employeur est tenu d’une obligation de sécurité de résultat en matière de protection de la santé et de la sécurité des travailleurs. Il a été jugé qu’il manquait à cette obligation lorsqu’un salarié est victime, sur son lieu de travail, de violences physiques ou morales exercées par l’un ou l’autre de ses salariés, quand bien même il aurait pris des mesures en vue de concilier les parties.

4) La victime peut alerter l’inspection du travail (qui a également un pouvoir d’enquête), la médecine du travail, les représentants du personnel,…

​5) Enfin, si le maintien dans l’entreprise est devenu impossible, le salarié peut adresser une prise d’acte de la rupture aux torts de l’employeur et demander la requalification en licenciement sans cause réelle et sérieuse aux torts exclusifs de l’employeur devant le conseil de prud’hommes (Cass soc 11 mars 2015).
Il peut obtenir les indemnités de fin de contrat, les dommages et intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse et les dommages et intérêts pour harcèlement (on a déjà obtenu 30.00 euros pour ce seul poste).
Rester au contact quotidiennement de son agresseur ou harceleur est une véritable souffrance et si l’employeur n’y met pas un terme, il est nécessaire de faire cesser ces agissements.
Ces actions sont possibles également en cas d’agression sexuelle ou de viol sur le lieu de travail. La plainte pénale peut s’imposer dès lors.

​6) Faire intervenir le défenseur des Droits

6) Déposer plainte au pénal :
En effet, le harcèlement sexuel, les agressions sexuelles et le viol sont des infractions pénales graves, des délits ou des crimes. La victime peut déposer plainte au pénal pour faire punir l’agresseur, voir reconnaître ces violences, obtenir des indemnités et qu’il ne recommence pas.

Il peut être conseillé de cumuler toutes ces actions pour les renforcer.

Victime au travail : harcèlement moral, harcèlement sexuel

MENTIONS LEGALES
Nom du site : https://www.diebolt-avocats.com/

Directeur de la publication : Mme Carine DURRIEU DIEBOLT

Email : cabinet.durrieu@free.fr

Adresse : 64 rue des Mathurins 75008 PARIS

Tél : 01 42 71 56 10

SIRET : 40145836900048

 

Hébergement : WIX COM, Société anonyme, dont le siège social est situé : Wix.com Inc. PO Boite Postale N° 40190 San Francisco, CA 94140, ETATS UNIS..

L'utilisateur du site Internet reconnaît disposer de la compétence et des moyens nécessaires pour accéder et utiliser ce site. Il reconnaît également avoir pris connaissance de la présente notice légale et s'engage à la respecter.

 

Toute représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans l'autorisation expresse de l'exploitant du site Internet est interdite et constituerait une contrefaçon sanctionnée par les article L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle

 

En application des articles 13 et 14 du règlement européen général sur la protection des données (2016/679) et de l'article 32 de la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 modifiée, le directeur de publication du site vous informe que :

Le responsable du fichier est Me Carine DURRIEU DIEBOLT pour l'ensemble des données personnelles, en vue de la protection de votre vie privée dans le cadre du traitement de votre dossier, qu'il s’agisse d'un dossier juridique, judiciaire ou d'arbitrage, dans un registre tenu par Me Carine DURRIEU DIEBOLT. Vos données sont traitées et conservées par Me Carine DURRIEU DIEBOLT dès votre prise d'attache, y compris pour le simple établissement d'un devis ou lors d'une prise de rendez-vous. Elles ne seront conservées qu'un mois, dans l'hypothèse où le rendez-vous ne serait pas honoré.

Dans tous les autres cas, elles seront conservées pendant un délai de 5 années à compter du dernier acte juridique ou judiciaire réalisé par Me Carine DURRIEU DIEBOLT par des locaux et un système informatique protégés et sécurisés.

L’intéressé dispose d'un droit d'accès, de limitation, de rectification ou d'effacement de ses données personnelles, en s'adressant au responsable dudit traitement (Me Carine DURRIEU DIEBOLT).

Il a la possibilité  de former une réclamation auprès de la CNIL, dans l'hypothèse où il considère que ses données n'ont pas été protégées.

Conformément aux dispositions des articles L612-1 et suivants du code de la consommation, vous avez la possibilité, en cas de litige, de recourir gratuitement au médiateur de la consommation auprès du Conseil national des barreaux (CNB) dont les coordonnées sont les suivantes : CNB Médiateur à la consommation : 180, Boulevard Hausmann 75008 PARIS