Pub Saint Laurent : lutte contre la culture du viol dans la publicité. Avec ma contribution.

Pub Saint Laurent : l'idée de «soumission» retenue en appel par le Jury de déontologie publicitaire - Libération

L’avis définitif est tombé. Le Jury de déontologie publicitaire (JDP) a reconnu dans ce dernier, adopté vendredi 8 janvier et publié lundi 18,qu’une publicité de la maison Saint Laurent véhiculait une idée de «soumission», mais a rejeté l’idée d’une banalisation ou d’une incitation à la violence.

YSL a été épinglée en novembre, pour la troisième fois en trois ans (https://www.liberation.fr/france/2020/12/07/sexisme-dans-la-pubyves-

saint-laurent-a-nouveau-epingle_1807582), pour une publicité sexiste par l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) et son instance indépendante, le JDP. Dans une plainte jugée partiellement fondée, le Jury a reconnu en novembre le caractère objectifiant d’un visuel montrant une femme en pantalon bleu en latex, «qui véhicule des stéréotypes sexistes». Si les jurés ont concédé que cette photo pouvait «susciter un certain malaise», ils ont rejeté le fait qu’elle pourrait induire «que la femme serait soumise ou exploitée». Ce faisant, ils sont allés à rebours de l’avis de (arret-diffusion-publicites-saint-laurent/), pour qui cette pub contrevient à la recommandation «image et respect de la personne», incluse dans leurs règles déontologiques. L’instance avait été saisie de dix plaintes à l’encontre de cette campagne début octobre.

Cette image «n’encourage pas des comportements de prédation sexuelle et ne suggère ni ne banalise la violence», jugeait aussi le Jury de déontologie publicitaire en réponse à la plainte de Margaux (1), qui a fait appel. Ce diptyque sur lequel cette plaignante était tombée dans la rue fait la promotion d’une collection en cuir et latex. Elle montre sur la gauche un sac à main suspendu sur un mur délabré. Et sur la droite, une jeune femme allongée sur une moquette rouge abîmée, face contre terre, les jambes écartées. Endormie ou inconsciente. La photographie, prise en surplomb,met en lumière ses fesses moulées dans un pantalon en latex bleu...

Dans sa démarche d’appel, Margaux était soutenue par Me Carine Durrieu-Diebolt, avocate spécialisée dans la défense des victimes de violences sexuelles, présentée dans cet avis simplement comme «son conseil», sans plus de détails sur sa fonction. ...

Carine Durrieu-Diebolt analyse :

«Leur décision montre qu’ils n’ont pas cerné toute la teneur de la définition du viol et de l’agression sexuelle.»

A ses yeux, cette décision prouve que, pour le Jury, le viol se restreint à un acte de pénétration sexuelle commis avec violence, occultant les notions de contrainte, menace ou surprise.

«En réalité, les violences sexuelles avec violences physiques sont extrêmement rares», précise-t-elle

Lors de la séance, l’avocate s’est appuyée sur sa propre expérience. «Cette publicité me rappelle une bonne moitié de mes dossiers : des jeunes femmes alcoolisées,droguées lors de soirées, inconscientes et qui subissent par la suite des violences sexuelles commises sous contrainte et surprise.»...

Désir Malsain

: Relevant ce traumatisme «évident», Carine Durrieu-Diebolt s’est aussi placée du côté du possible agresseur.

«Il peut, en voyant cette pub, avoir le sentiment qu’il est en droit d’avoir un comportement sexuel avec une femme inerte puisque cette publicité a nécessairement une connotation sexuelle, dans la mesure où on fait un gros plan sur ses fesses, avec les jambes écartées. Ce n’est pas anodin.»

En cela, cette publicité est, estime-t-elle, «une incitation aux violences sexuelles commises sous contrainte et surprise lorsque la victime est inerte, inconsciente, en état de vulnérabilité». Et de pointer le rôle prépondérant des médias de tous types pour lutter contre la

culture duviol(https://www.liberation.fr/france/2016/03/02/une-france-empreintede-la-culture-du-viol_1437044)


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
MENTIONS LEGALES
Nom du site : https://www.diebolt-avocats.com/

Directeur de la publication : Mme Carine DURRIEU DIEBOLT

Email : cabinet.durrieu@free.fr

Adresse : 64 rue des Mathurins 75008 PARIS

Tél : 01 42 71 56 10

SIRET : 40145836900048

 

Hébergement : WIX COM, Société anonyme, dont le siège social est situé : Wix.com Inc. PO Boite Postale N° 40190 San Francisco, CA 94140, ETATS UNIS..

L'utilisateur du site Internet reconnaît disposer de la compétence et des moyens nécessaires pour accéder et utiliser ce site. Il reconnaît également avoir pris connaissance de la présente notice légale et s'engage à la respecter.

 

Toute représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans l'autorisation expresse de l'exploitant du site Internet est interdite et constituerait une contrefaçon sanctionnée par les article L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle

 

En application des articles 13 et 14 du règlement européen général sur la protection des données (2016/679) et de l'article 32 de la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 modifiée, le directeur de publication du site vous informe que :

Le responsable du fichier est Me Carine DURRIEU DIEBOLT pour l'ensemble des données personnelles, en vue de la protection de votre vie privée dans le cadre du traitement de votre dossier, qu'il s’agisse d'un dossier juridique, judiciaire ou d'arbitrage, dans un registre tenu par Me Carine DURRIEU DIEBOLT. Vos données sont traitées et conservées par Me Carine DURRIEU DIEBOLT dès votre prise d'attache, y compris pour le simple établissement d'un devis ou lors d'une prise de rendez-vous. Elles ne seront conservées qu'un mois, dans l'hypothèse où le rendez-vous ne serait pas honoré.

Dans tous les autres cas, elles seront conservées pendant un délai de 5 années à compter du dernier acte juridique ou judiciaire réalisé par Me Carine DURRIEU DIEBOLT par des locaux et un système informatique protégés et sécurisés.

L’intéressé dispose d'un droit d'accès, de limitation, de rectification ou d'effacement de ses données personnelles, en s'adressant au responsable dudit traitement (Me Carine DURRIEU DIEBOLT).

Il a la possibilité  de former une réclamation auprès de la CNIL, dans l'hypothèse où il considère que ses données n'ont pas été protégées.

Conformément aux dispositions des articles L612-1 et suivants du code de la consommation, vous avez la possibilité, en cas de litige, de recourir gratuitement au médiateur de la consommation auprès du Conseil national des barreaux (CNB) dont les coordonnées sont les suivantes : CNB Médiateur à la consommation : 180, Boulevard Hausmann 75008 PARIS